• J'ai assisté, ce vendredi matin, à une conférence d'écologie à propos de l'avenir des océans, au milieu d'une foule très compacte, enserrée dans un ancien hangar de caserne transformé en lieu ethnico-écolo-esthético-avant-gardiste baptisé Darwin. On en sait peu sur les motivations ayant conduit au choix d'un tel nom. Tandis que les organisateurs terminaient d'introduire les dernières sardines, et que les orateurs préparaient leur voix, je me renseignais auprès des autres : espérait-on l'émergence « aléatoire » d'une forme d'art nouvelle par une sorte de processus darwinien, traduisait-on le caractère chaotique du projet, une célébration des sciences ? Une lotte en birkenstock me regarda avec ses tout petits yeux ronds, ses lèvres s'avancèrent et se pressèrent l'une contre l'autre pour former des plis pulpeux, d'où s'échappa aussitôt un tiède filet d'air dans un bruit de pet. Un lançon tout maigre sortit sa tête d'un col sable, le mouvement de son bouc m'indiqua qu'il parlait. J'approchai, « c'est le changement permanent dans l'effervescence », dit-il, « l'improbable peut survenir à tout moment », ajouta-t-il. Alors si c'est improbable, pensai-je, aussitôt interrompu par un autre bruit de bouche de la lotte. Une raie lisse bien humide me toucha l'épaule de sa main, je remarquai ses taches de rousseurs dispersées sur un large visage. « Super hein, c'est un biotope de transition écologique autogéré », lança-t-elle d'un trait, sans bulles. Biotope, voilà Darwin, un peu, la foison sélective, un bel endroit en tout cas, bien aménagé, une sorte d'antre atemporelle, au style difficile à identifier, quoi qu'il en soit inachevé, où des airs de steampunk surgissent çà et là. 

    Applaudissements visqueux — il fait encore un peu chaud —, la scène s'anime, nous voyons apparaître Nicolas Hulot. « C'est vrai qu'on dirait un petit animal », s'exclame la lotte, lèvres détendues. Nous sommes en effet au commencement de l'Ocean Climax, une sorte de conférence-rencontre programmée jusqu'au dimanche, organisée par Bordeaux Métropole (entre autres), sur le thème écologique du climat et de l'océan tout proche. Cette deuxième session attire plus de monde encore que celle de l'année dernière, alors animée par l'astrophysicien canadien Hubert Reeves, mais semble-t-il pour des raisons un peu éloignées du sujet traité. L'homme entame son discours, « nous consommons trop de carbone fossile » ; « abandonnons les charbons et le brut et sachons développer le renouvelable » ;  « non à la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax ! » Les poissons suintent de bonheur, exaltation dans la foule qui se lève en claquant des nageoires. Comme nous sommes assis sur des sortes de sièges pliants, en métal, très inconfortables, je soupçonne les créatures de chercher le moindre prétexte pour échapper à leur torture. Nicolas Hulot continue, sur des thèmes finalement très militants et politiques. Je songe alors à toute cette agitation politique, ces primaires, ces phrases de campagne, Nicolas Hulot semble être en campagne électorale. J'étais venu écouter l'écologie, l'océan et le climat, l'agonie du corail et les actes concrets d'un homme très impliqué sur le terrain. Je tombe sur un meeting et toutes les créatures marines du militantisme, qui opposant à la ligne à grande vitesse, qui militant EELV, quelques-uns de Notre-Dame-des-Landes, quel courage, quatre heures de route pour venir écouter Nicolas. Las, je décroche, mélodie trop familière et attendue, peu intéressante. 

    L'avantage d'une conférence ennuyeuse dans un bel environnement est qu'on peut détourner le regard et observer des choses avec l'œil d'un explorateur. La salle assez nue trahit sa fonction ancienne, l'ex caserne Niel proposait un certain cachet, dommage qu'ils aient suspendu des tubes fluorescents pour l'éclairage. La scène est quelconque, une sorte d'assemblage de plaques métalliques disjointes, l'avant est bordé d'une verdure, une barre de végétaux dysharmonieux, sans doute un arrangement darwinien dont le résultat un jour apparaîtra très harmonieux, comme l'est la nature. Mais quand ? Sur la scène, une table basse, conçue par l'écologie autogérée transitive du biotope dont parlait la raie lisse de tout à l'heure. En la regardant (la table) me vient une pensée mauvaise, cette chose doit être au tout début du processus darwinien, deux palettes de bois vissées l'une sur l'autre, reliées au sol par des roulettes de chariot de supermarché ; art majeur de la récupération, mais grande laideur. Survivra-t-elle ? Nous ne sommes pas ici dans l'improbable, car le genre est surannée, commun, quasi normatif du mobilier écolo. Je repense à l'éclairage suspendu, une récupération sans doute. L'huilerie Lesieur et ses silos de stockage ont été abattus il y a peu, quai Bacalan près du bassin à flot, une usine de conditionnement d'un certain charme réduite en gravats. Peut-être ont-ils récupéré ses éclairages intérieurs ? Le sol est bétonné, gris moche, les gens vêtus en jean ou en short, avec des chemises trop grandes ou des t-shirts trop serrés, en sueur, le poil hirsute et le regard complice. Complice, complice de quoi, une secte, Chtulhu, de passage par la Garonne ?

    L'océan est proche. Je guette l'éventuelle rondelle d'un conduit, sous les sièges entre les palmes de la foule, dans un coin de pièce, sous la scène, viendra-t-il happer Nicolas Hulot sous mes yeux ? Une senteur d'algue s'engouffre dans mon nez. Sur la table basse d'étranges objets de verre aux reflets bleus inquiètent mon regard, des bouteilles, un breuvage, le breuvage du rite, je suis dans un rite malgré moi, mon cœur tambourine un peu plus. La raie lisse plus humide que jamais remue, je la sens. Je me retourne, elle me regarde, ses petits yeux rapprochés scrutent mon regard. Je remarque les tâches de rousseur, structurées en spirale elles font converger mon regard vers les petits yeux, comme un piège hypnotique. Quelque chose s'anime sous son nez. « Il est bien hein ? », jette-t-elle. Chtulhu, oui, il est bien, j'apprécie sa posture. « Hein, vous l'appelez ktoulou ? » Heu... Nicolas, pardon, ma langue a fourché, l'émotion et la chaleur, je pensais en même temps à son discours. Elle me scrute encore, la créature, je fais mine d'écouter et lui décline un sourire « complice ». Se doute-t-elle que je n'en suis pas ? Je regarde discrètement sa peau, à l'affût du moindre indice. Ses longues jambes molles et moites exclues d'une jupe vert marine épousent l'inconfort de la chaise, se pourrait-il qu'elle n'ait pas d'os ? Il y a des poissons osseux, me dis-je, l'orphie et son long nez, la morue et son ventre giron, la blennie mal coiffée, la liche glauque toute pâle… Et revoilà cette odeur d'algue, je sens comme un sillage. Quelqu'un prend un verre bleu sur la scène, engloutit le contenu, sa bouche gobe le fluide tandis que les yeux, ronds et humides, cherchent dans le vide. Effet du breuvage, il se met à rire sans bruit.

    Soudain les poissons se lèvent, claquent leurs nageoires et poussent des cris marins. Je me lève aussitôt, dans le mouvement, et claque des mains. Un peu humides elles se confondent dans le bruit ambiant, me donnant une chance de passer inaperçu, me dis-je. Nicolas Hulot a terminé son discours, la conférence-débat — un débat ? — s'achève et chacun se congratule et se promet d'actes écologiques et responsables, durablement économiques et salutaires. Le grand Chtulhu sera resté discret, peut-être était-ce finalement Hulot, pensè-je. Encore cette algue… Nous prenons la direction de la sortie, les bras ballants et la bouche entr'ouverte à la recherche d'oxygène. La foule piétine le béton avec un bruit d'escalope, des dizaines d'escalopes, slap slap slap. Une masse tiède et humide me bouscule sans le vouloir, « il fait chaud hein, on sue, vous venez aussi aux concerts ce soir ? » La raie lisse me regarde dans les yeux, ou peut-être dans l'œil, je ne suis pas certain de venir avec tout ce monde, et puis cette musique… « Ça va être super, il faut venir, c'est l'Ocean Climax quand même, hein. » Elle insiste, sa voix vient du ventre, comment fait-elle pour parler du ventre en gobant l'air ? Oui, la musique, les skaters aussi, Ocean Climax, logique, bon, des concerts pop et rock alternatif et des skaters pour le climat et l'océan. Vous avez remarqué cette curieuse fragrance d'algue, fraîche, présente de temps en temps ? « De l'algue ? Oui, c'est mon parfum, à l'algue », dit-elle amusée, je vois cette fois un peu ses dents, de toutes petites dents, et le bout d'une langue, une petite langue rose. Je me demande ce que mange un poisson de ce genre, une raie lisse. « Vous avez senti mon parfum, c'est original non, pour l'Ocean Climax, hi hi hi », la raie lisse secoue son haut et s'évente le visage. « Alors à ce soir peut-être, ce sera spécial ! » Ses oreilles bougent comme des ouïes, elle insiste encore, le concert de ce soir sera spécial, spécial. Le rite. Le rite aura  lieu ce soir, les poissons viendront assister au rite et le grand Chtulhu du fond des océans, remonté par la Gironde et la Garonne, viendra au culte de ce soir par on ne sait quel conduit.

    Je comprends maintenant pourquoi ces skaters, ces concerts, ces animations festives sans lien avec le climat ni l'océan. L'homo festivus ne s'intéresse à rien sans occupation festive. Les poissons vont les attirer avec ces animations, comme la flûte du Rattenfänger de Hamelin, et précipiteront ces grands enfants dans les flots sombres du fleuve, repaître le grand Chtulhu. Peut-être même mangeront-ils eux aussi. La raie lisse m'aurait dévoré sans malice, l'œil rond et indifférent, dans des bruits flasques et mouillés. Et je me serais laissé faire, hypnotisé par ses taches de rousseur et ses senteurs d'algue. Ocean Climax, climax, mais bien sûr, l'apogée, l'état final, le point culminant, la dévoration des festifs sera le climax, Chtulhu créature de l'océan va engloutir quelques êtres et perpétuer son existence. Heureusement, la programmation musicale ne m'inspire pas du tout.


    votre commentaire
  • La nuit dernière a eu lieu, au centre de l'Italie, un tremblement de terre d'une magnitude de 6,2 sur l'échelle de Richter, vers 3h30 du matin entre Pérouse et Aquila. Plusieurs villages profondément endommagés, des victimes par dizaines écrasées dans leur sommeil, et à l'aube des images saisissantes complèteront concrètement la première information plutôt technique. Quelques heures plus tard nous apprendrons qu'un séisme vient également d'avoir lieu en Birmanie, d'une magnitude de 6,8, avec sans doute autant de dégâts. Les premières captures d'images par téléphone montrent l'énorme temple Dhammayangyi de Bagan fumant de poussière, pourtant à 30 km de l'épicentre localisé à Chauk par la United States Geological Survey.

    Italie, Birmanie, quel lien géologique ? Piqué par la curiosité je file sur le site Earth Quake 3D, live feed, qui donne en temps réel une représentation de tous les séismes enregistrés sur la planète. La page affiche la magnifique image de synthèse d'un globe transparent, représenté en fil de fer, et des épingles pointant les épicentres, étiquetées des magnitudes successives, l'ensemble est en rotation comme dans les meilleurs films de science fiction. Le globe est hérissé d'épines, j'élimine toutes celles inférieures à la magnitude 5 pour y voir plus clair. Une bonne dizaine encore pointent tout autour. Je cherche et trouve les vibrations italiennes, une longue aiguille pleine de répliques, 6.2 - 4.6 - 5.5 - 4.5, darde le lieu. Tout à l'est de l'Inde figure une autre aiguille pleine de valeurs plus importantes, elle pointe la Birmanie. J'essaie machinalement de me remémorer la carte des plaques et leur tectonique, un souvenir déjà lointain, quand je découvre une autre aiguille de grande taille chronologiquement proche des deux autres événements. Elle pique dans l'eau atlantique, au large de la pointe sud de l'Argentine et du continent Antarctique, presque sur le méridien de Greenwich. Cette brochette enfile une magnitude de 7,4 puis 6,4 dans l'indifférence des médias. De l'autre côté une autre, fichée aux abords est du Japon, affiche une magnitude plus modeste de 6, puis encore une au nord-ouest de l'Australie, dans l'eau.

    En bleu spectral apparaissent les jonctions entre les plaques, les aiguilles sont toutes plantées sur l'une des frontières qui délimitent les plaques. En quelques heures voici donc que des habitants d'Italie, du Japon, de Birmanie, un navigateur aux environs de l'Antarctique et de l'Argentine et un autre au large de l'Australie, s'ils avaient observé en direct ce site, auraient pu se sentir appartenir à la même communauté, à l'épreuve de mouvements de surface d'une même planète et liés les uns aux autres. Une tension qui se relâche ici engendre un mouvement là-bas. Le grincement de la poupe résonne à la proue, nous sommes sur le même vaisseau planétaire, sujets à son travail de structure, son activité chimico-physique. Coïncidence heureuse, quelques heures à peine avant ces frissonnements une équipe de chercheurs européens révèle par conférence de presse, via le magazine Nature, la découverte probable d'une planète offrant possiblement les mêmes conditions physico-chimiques que celles de la Terre. La petite boule nommée Proxima b graviterait autour de Proxima du Centaure, soleil un peu rouge situé à 4,2 années-lumières du nôtre.

     

    La prochaine fois que je regarderai en direction de Proxima du Centaure, je penserai à ses probables habitants comme à l'équipage d'un autre vaisseau croisant au large du mien. Peut-être tremblent-ils eux aussi, à la surface, sur des plaques en mouvement. 


    votre commentaire
  • Champ contemporain

    Depuis quelques années s'intensifie une sorte de mouvement mortifère à l'encontre de la civilisation consumériste et libérale, dite démocratique. Car cette culture émancipatrice inspirée de Droits de l'Homme étendus à une liberté individuelle paroxystique, et que nous voyons évoluer vers une primauté du droit des minorités quelles qu'elles soient, et dont l'aboutissement semble conduire à l'expression publique du moindre caprice narcissique, couplée à l'égale satisfaction des ego-rois, heurte des forces anciennes que l'on pensait endormies et vaincues. Ces forces anciennes prirent, voilà trois siècles, aux abords du golfe arabo-persique, la forme d'une radicalité religieuse nommée improprement wahhabisme, affaiblie un temps puis revigorée par la chute de l'Empire ottoman et la découverte récente (au siècle dernier) d'immenses gisements d'or noir à l'endroit même de sa gestation. Cette vieille huile engendra une richesse extraordinaire, installant ce courant de l'islam dans le confort matériel et la capacité d'une grande influence politique partout sur la planète, aidé en cela par les habituelles disputes d'influences entre grandes puissances d'hier et d'aujourd'hui.

    Un islam, représenté par diverses nuances apparues au gré des tourbillons géopolitiques, est donc entré en conflit ouvert avec cette civilisation que certains associent entre autres à l'homo festivus, selon une intensité croissante, passant d'actes rares mais spectaculaires à une forme de harcèlement quasi hebdomadaire. La France vit depuis deux ans en état de vigilance avancée, les forces de l'autorité nationale sont sollicitées à leur capacité de mobilisation maximale, et chacun attend désormais le prochain attentat, le prochain évènement, la prochaine information dramatique comme on attend un coup du sort. Parallèlement, et depuis quelques années, l'islam est devenu un thème omniprésent dans la presse, les débats politiques et sociétaux, les conversations. Sa présence se manifeste d'une manière ou d'une autre un peu partout, jusque dans le quotidien des Européens. Les intellectuel(les) de synthèse nous annoncent que l'activité de son radicalisme est et restera sans doute l'un des grands sujets de ce siècle, comme le fut hier celui des régimes dictatoriaux. Une menace de plus à combattre, au nom de la Liberté, de la Démocratie, etc. À chaque époque ses tourments, diront les historiens.

    Ramifications transtemporelles

    Pourtant… Au hasard de la rediffusion d'une émission de France Culture, à travers le programme noctambule « Les nuits de France Culture », est parvenu à mes oreilles l'étrange biographie d'un explorateur hongrois du XIXème siècle. Armenius Vambery, d'abord apprenti tailleur, parvint au fil de ses pérégrinations à maîtriser plusieurs langues, dont la turque parfaitement, et à s'insérer dans la culture musulmane des Turcs en s'imprégnant de la doctrine des derviches, tout en gardant sa part européenne. Confident du sultan de Constantinople, russophobe, au service de sa Majesté la Reine (de l'Empire britannique de l'époque), il parcourut en toute confiance et jusqu'en Perse les territoires de l'histoire ottomane dont il retira une profonde connaissance, soigneusement rédigée dans divers ouvrages. Dans ces rapports, il était justement déjà question d'une profonde différence entre deux mentalités, celle des Européens et celle des musulmans, dont la rencontre ne semblait aboutir qu'à des conflits, voire quelques alliances temporaires et circonstanciées.

    Déjà se présentaient tous les ingrédients contemporains, exceptée la présence américaine : un Poutine conquérant, un Erdogan impérial, des Européens plus ou moins impliqués, une religion aux mœurs antiques et figées, une civilisation européenne avide d'émancipation humaine, des conflits existentiels. La force d'Armerius Vambery, comparativement aux observateurs actuels, tenait en sa capacité d'avoir su adopter comme siennes deux cultures, d'avoir pu passer de l'une à l'autre à son gré, comprendre les subtilités de chacune et en extraire les contradictions et les incompatibilités. À la lumière de ses analyses on comprend que le drame actuel ne date finalement pas d'hier et plonge ses origines loin dans l'histoire. Mieux, ses livres expliquent plus clairement que les analystes actuels la dynamique mentale qui pousse à la défiance d'un certain islam à l'égard des systèmes sociétaux européens (ou occidentaux). Lancé dans l'histoire on explore plus loin encore, dans les profondeurs du passé, aux prémices ottomanes, aux Rostémides, aux Abbassides, aux Omeyyades…

    Zarathoustra

    Alors on se réveille et l'on sort de la caverne, et l'on pointe du nez le soleil au zénith, où devant tourbillonnent l'aigle et le serpent, l'éternel retour de l'histoire ou, si l'on recrute les données récentes, l'extension temporelle de problématiques anciennes, et cette histoire qui s'éternise, en fin de compte, quand d'autres pensaient déjà l'enterrer sous le triomphe moïque et son pendant le transhumanisme.


    votre commentaire
  • Leslie Jones, humoriste connue de New York, fait partie du casting de la dernière livrée du film excentrique des chasseurs de fantômes, Ghostbusters 3. Mais voilà que cette nouvelle composition, dans un contexte actuel un peu tendu aux États-Unis, a aimanté quelques commentaires désagréables à son encontre, notamment racistes, puisque elle est noire, via les réseaux sociaux, en particulier Twitter. Devant l'afflux de messages hautement déplacés, l'humoriste a donc fini par quitter l'oiseau bleu, avant que la direction du groupe numérique ne finisse par enfin réagir. Pourquoi une telle lenteur, est-ce le dilemme de la liberté d'expression ?

    Une des causes de cette léthargie se trouve peut-être dans la structure même d'un réseau social. Le monde du « j'aime / j'aime pas », des croisillons haineux trouvent une réplique chez des croisillons amoureux, avec principe d'identification, et la dynamique tourne ainsi, indéfiniment, sautant d'un thème à un autre au gré des humeurs. Et tous ces mouvements d'octets, en flux et reflux, génèrent on ne sait trop comment au prestataire du service un revenu conséquent. Sans doute est-ce là une extension du principe de libre circulation, la libre circulation de tout ce qui passe par la tête des gens, le registre passionnel, et l'on trouvera même ici un centre de traitement des Big Datas pour en extraire des données à forte valeur ajoutée.

    Alors dans ces conditions, les propos racistes à l'encontre de Leslie Jones sont laissés noyés dans la multitude des processus en jeu, car même ce contenu détestable est susceptible d'engendrer une valeur, par exemple plus d'attention vers le film, plus de requêtes sur Leslie Jones, plus de buzz et d'échanges et de clics… En d'autres termes, le contenu se retrouve défait de sa connotation, comme un pur produit marketing, à l'instar des voiles islamistes vendus depuis peu par les grandes marques textiles sans que jamais la question des droits de la femme ne soit posée. Peu à peu le monde se Pokemon Go.


    votre commentaire
  • D'un point de vue purement sémiotique, il est remarquable que la fusillade vengeresse se soit produite à Dallas, quand on sait ce que la série du même nom (peut-être aujourd'hui oubliée) représentait dans l'inconscient collectif américain en matière de complications dans les relations humaines et leurs rebondissements déconcertants. Car la fusillade aura émergé comme une sorte de rebondissement théâtral, prenant à rebours les manifestants eux-mêmes, et que le Texas se sera empressé d'exploiter pour retourner en faveur des policiers la tendance communicationnelle, alors que les meurtres très rapprochés de deux noirs par la police promettaient le recrutement massif des consciences en faveur des Black lives matter.

    Plus remarquable encore, toujours dans le registre symbolique, est le fait que cette fusillade meurtrière ait été commise par un vétéran de l'armée américaine, au moment où il semblait acquis, dans la représentation sociale, que les Vets malmenés par l'administration américaine confient leurs espoirs au candidat Trump. Voici donc qu'un vet, accepté comme figure d'injustice, assassine froidement des policiers sur un critère, comble de malheur, racial. Les communicants de Trump vont devoir faire preuve de prouesses intellectuelles pour à la fois pérenniser le symbole des policiers méritants (l'évènement de Dallas effacera sans doute mal l'image des meurtres précédents, trop récents), et celui des Vets appariés à l'honneur et à la probité dans le discours. Les communicants d'Hillary Clinton ne seront pas en reste.

    Accessoirement, cette image Facebook de Micah Xavier Johnson levant le poing à la Black Power, affublé d'un vêtement africain, porte une coïncidence incroyable, qu'on aurait pu croire issue de l'imagination d'un scénariste aussi pointilleux qu'un Kubrick. Au-dessus d'une tête bien coiffée, barbe taillée, figure comme un phylactère l'inscription « Hair & Beauty ». Et derrière le bras qui porte le poing, le mot colors en blanc sur fond noir résonne avec la peau, la tunique bigarrée, et la motivation du triste évènement. Et ceci d'autant plus clairement que la photo, mal prise, a fait la mise au point sur les inscriptions du fond, les rendant à l'œil plus visibles que le personnage trop flou, « l'homme pas net ». 
    Cette photo aura certainement un effet sur les esprits, elle est la plus utilisée par les médias et apparaît en premier sur Google. Reste à déterminer la nature de l'effet.

    Enfin, mais vraiment très accessoirement, histoire de tirer les symboles jusqu'au bout du bout, l'utilisation d'un robot pour neutraliser le tueur pourrait merveilleusement entrer en résonance avec l'usage des exécutions par drone, d'autant que le logement du tueur semblait héberger un véritable arsenal à destination d'un projet d'action beaucoup plus destructeur, de l'ampleur d'un attentat. Afrique, vétéran, barbe, attentat, drone : ingrédients idéaux du prochain film d'action hollywoodien.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires