• Vibrations du globe - communauté cosmique

    La nuit dernière a eu lieu, au centre de l'Italie, un tremblement de terre d'une magnitude de 6,2 sur l'échelle de Richter, vers 3h30 du matin entre Pérouse et Aquila. Plusieurs villages profondément endommagés, des victimes par dizaines écrasées dans leur sommeil, et à l'aube des images saisissantes complèteront concrètement la première information plutôt technique. Quelques heures plus tard nous apprendrons qu'un séisme vient également d'avoir lieu en Birmanie, d'une magnitude de 6,8, avec sans doute autant de dégâts. Les premières captures d'images par téléphone montrent l'énorme temple Dhammayangyi de Bagan fumant de poussière, pourtant à 30 km de l'épicentre localisé à Chauk par la United States Geological Survey.

    Italie, Birmanie, quel lien géologique ? Piqué par la curiosité je file sur le site Earth Quake 3D, live feed, qui donne en temps réel une représentation de tous les séismes enregistrés sur la planète. La page affiche la magnifique image de synthèse d'un globe transparent, représenté en fil de fer, et des épingles pointant les épicentres, étiquetées des magnitudes successives, l'ensemble est en rotation comme dans les meilleurs films de science fiction. Le globe est hérissé d'épines, j'élimine toutes celles inférieures à la magnitude 5 pour y voir plus clair. Une bonne dizaine encore pointent tout autour. Je cherche et trouve les vibrations italiennes, une longue aiguille pleine de répliques, 6.2 - 4.6 - 5.5 - 4.5, darde le lieu. Tout à l'est de l'Inde figure une autre aiguille pleine de valeurs plus importantes, elle pointe la Birmanie. J'essaie machinalement de me remémorer la carte des plaques et leur tectonique, un souvenir déjà lointain, quand je découvre une autre aiguille de grande taille chronologiquement proche des deux autres événements. Elle pique dans l'eau atlantique, au large de la pointe sud de l'Argentine et du continent Antarctique, presque sur le méridien de Greenwich. Cette brochette enfile une magnitude de 7,4 puis 6,4 dans l'indifférence des médias. De l'autre côté une autre, fichée aux abords est du Japon, affiche une magnitude plus modeste de 6, puis encore une au nord-ouest de l'Australie, dans l'eau.

    En bleu spectral apparaissent les jonctions entre les plaques, les aiguilles sont toutes plantées sur l'une des frontières qui délimitent les plaques. En quelques heures voici donc que des habitants d'Italie, du Japon, de Birmanie, un navigateur aux environs de l'Antarctique et de l'Argentine et un autre au large de l'Australie, s'ils avaient observé en direct ce site, auraient pu se sentir appartenir à la même communauté, à l'épreuve de mouvements de surface d'une même planète et liés les uns aux autres. Une tension qui se relâche ici engendre un mouvement là-bas. Le grincement de la poupe résonne à la proue, nous sommes sur le même vaisseau planétaire, sujets à son travail de structure, son activité chimico-physique. Coïncidence heureuse, quelques heures à peine avant ces frissonnements une équipe de chercheurs européens révèle par conférence de presse, via le magazine Nature, la découverte probable d'une planète offrant possiblement les mêmes conditions physico-chimiques que celles de la Terre. La petite boule nommée Proxima b graviterait autour de Proxima du Centaure, soleil un peu rouge situé à 4,2 années-lumières du nôtre.

     

    La prochaine fois que je regarderai en direction de Proxima du Centaure, je penserai à ses probables habitants comme à l'équipage d'un autre vaisseau croisant au large du mien. Peut-être tremblent-ils eux aussi, à la surface, sur des plaques en mouvement. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :