• Armenius Vambery - viscosités de l'histoire

    Champ contemporain

    Depuis quelques années s'intensifie une sorte de mouvement mortifère à l'encontre de la civilisation consumériste et libérale, dite démocratique. Car cette culture émancipatrice inspirée de Droits de l'Homme étendus à une liberté individuelle paroxystique, et que nous voyons évoluer vers une primauté du droit des minorités quelles qu'elles soient, et dont l'aboutissement semble conduire à l'expression publique du moindre caprice narcissique, couplée à l'égale satisfaction des ego-rois, heurte des forces anciennes que l'on pensait endormies et vaincues. Ces forces anciennes prirent, voilà trois siècles, aux abords du golfe arabo-persique, la forme d'une radicalité religieuse nommée improprement wahhabisme, affaiblie un temps puis revigorée par la chute de l'Empire ottoman et la découverte récente (au siècle dernier) d'immenses gisements d'or noir à l'endroit même de sa gestation. Cette vieille huile engendra une richesse extraordinaire, installant ce courant de l'islam dans le confort matériel et la capacité d'une grande influence politique partout sur la planète, aidé en cela par les habituelles disputes d'influences entre grandes puissances d'hier et d'aujourd'hui.

    Un islam, représenté par diverses nuances apparues au gré des tourbillons géopolitiques, est donc entré en conflit ouvert avec cette civilisation que certains associent entre autres à l'homo festivus, selon une intensité croissante, passant d'actes rares mais spectaculaires à une forme de harcèlement quasi hebdomadaire. La France vit depuis deux ans en état de vigilance avancée, les forces de l'autorité nationale sont sollicitées à leur capacité de mobilisation maximale, et chacun attend désormais le prochain attentat, le prochain évènement, la prochaine information dramatique comme on attend un coup du sort. Parallèlement, et depuis quelques années, l'islam est devenu un thème omniprésent dans la presse, les débats politiques et sociétaux, les conversations. Sa présence se manifeste d'une manière ou d'une autre un peu partout, jusque dans le quotidien des Européens. Les intellectuel(les) de synthèse nous annoncent que l'activité de son radicalisme est et restera sans doute l'un des grands sujets de ce siècle, comme le fut hier celui des régimes dictatoriaux. Une menace de plus à combattre, au nom de la Liberté, de la Démocratie, etc. À chaque époque ses tourments, diront les historiens.

    Ramifications transtemporelles

    Pourtant… Au hasard de la rediffusion d'une émission de France Culture, à travers le programme noctambule « Les nuits de France Culture », est parvenu à mes oreilles l'étrange biographie d'un explorateur hongrois du XIXème siècle. Armenius Vambery, d'abord apprenti tailleur, parvint au fil de ses pérégrinations à maîtriser plusieurs langues, dont la turque parfaitement, et à s'insérer dans la culture musulmane des Turcs en s'imprégnant de la doctrine des derviches, tout en gardant sa part européenne. Confident du sultan de Constantinople, russophobe, au service de sa Majesté la Reine (de l'Empire britannique de l'époque), il parcourut en toute confiance et jusqu'en Perse les territoires de l'histoire ottomane dont il retira une profonde connaissance, soigneusement rédigée dans divers ouvrages. Dans ces rapports, il était justement déjà question d'une profonde différence entre deux mentalités, celle des Européens et celle des musulmans, dont la rencontre ne semblait aboutir qu'à des conflits, voire quelques alliances temporaires et circonstanciées.

    Déjà se présentaient tous les ingrédients contemporains, exceptée la présence américaine : un Poutine conquérant, un Erdogan impérial, des Européens plus ou moins impliqués, une religion aux mœurs antiques et figées, une civilisation européenne avide d'émancipation humaine, des conflits existentiels. La force d'Armerius Vambery, comparativement aux observateurs actuels, tenait en sa capacité d'avoir su adopter comme siennes deux cultures, d'avoir pu passer de l'une à l'autre à son gré, comprendre les subtilités de chacune et en extraire les contradictions et les incompatibilités. À la lumière de ses analyses on comprend que le drame actuel ne date finalement pas d'hier et plonge ses origines loin dans l'histoire. Mieux, ses livres expliquent plus clairement que les analystes actuels la dynamique mentale qui pousse à la défiance d'un certain islam à l'égard des systèmes sociétaux européens (ou occidentaux). Lancé dans l'histoire on explore plus loin encore, dans les profondeurs du passé, aux prémices ottomanes, aux Rostémides, aux Abbassides, aux Omeyyades…

    Zarathoustra

    Alors on se réveille et l'on sort de la caverne, et l'on pointe du nez le soleil au zénith, où devant tourbillonnent l'aigle et le serpent, l'éternel retour de l'histoire ou, si l'on recrute les données récentes, l'extension temporelle de problématiques anciennes, et cette histoire qui s'éternise, en fin de compte, quand d'autres pensaient déjà l'enterrer sous le triomphe moïque et son pendant le transhumanisme.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :